The Girl in the Fireplace

08 décembre 2018

The Haunting of HIll House - Mike Flanagan

À l'été 1992, Hugh et Olivia Crain s'installent temporairement dans un ancien manoir, Hill House, avec leurs cinq enfants : Steven, Shirley, Theodora (Theo), Luke et Eleanor (Nell). Ils subissent des événements paranormaux et des pertes tragiques, les forçant à quitter la maison. En octobre 2018, 26 ans après les hantises, les frères et sœurs Crain et leur père, Hugh, se retrouvent réunis après une nouvelle tragédie, les forçant à affronter les démons intérieurs de leur enfance partagée et leurs pertes. (source : wikipedia)

2766026

Je cherchais quelque chose de nouveau à regarder sur Netflix (après Nanette de Hannah Gadsby et Son of Patricia de Trevor Noah, j'avais envie d'un peu de changement de genre) et l'affiche m'a bien plu. Alors je me suis lancée. 

Apparemment c'est adapté d'un livre que je ne connais pas du tout (et après avoir lu le résumé, je me dis que c'est très librement adapté, mais ça m'a quand même donné envie de le lire). Pour l'instant la série est composée d'une saison de 10 épisodes, et il y aurait une deuxième saison, qui raconterait une autre histoire. Ce serait difficile en effet de broder davantage sur celle-ci étant donné que l'histoire est close. 

Je ne connais pas le travail de Mike Flanagan, c'est la première fois que je le "croise". Eh bien croyez-moi, ce ne sera pas la dernière. J'ai absolument TOUT aimé. La preuve, j'ai dévoré les 10 épisodes en 2 jours. J'ai tellement tout aimé que je ne sais pas par où commencer. 

La série est catégorisée en horreur, et j'en suis ravie parce que ce n'est pas de l'horreur pleine de morts violentes et de sang et de membres découpés. C'est tellement plus subtil que ça. L'horreur est distillée au compte-goutte dans le quotidien de ces personnages. C'est exactement le type d'horreur que j'aime, sans effusion de sang, sans images violentes qui s'impriment dans votre rétine, mais une horreur intérieure, qui s'insinue. Il y a très peu de jump scares, mais ils sont tellement bien utilisés. La machine se met en route et on est inexorablement pris dans l'engrenage. Beaucoup de mes camarades sur Seriebox  ont trouvé le rythme beaucoup trop lent. Oui, c'est lent. Mais c'est nécessaire pour instaurer l'atmosphère, et surtout, c'est mené de main de maître. C'est lent, mais je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Depuis quelques années, il est très difficile pour moi de regarder une série (et encore plus un film) sans, à un moment donné, décrocher et faire autre chose en même temps, même pendant quelques secondes, ce que je n'ai pas fait une seule fois durant ces 10 épisodes. 

On suit l'histoire aux deux époques différentes, et là aussi, c'est fait de manière magistrale. Tout est clair, tout s'imbrique parfaitement. Tout cela repose aussi, bien évidemment, sur les différents acteurs. A part Michiel Huisman que je trouve moyennement bon, ils sont tous impressionnants. Mention spéciale pour les enfants (et notamment Violet McGraw qui joue Nell et que je trouve tellement mignonne) et Kate Siegel. 

Episode préféré : The Bent-Neck Lady (1x05)

Episode que j'aime le moins : Screaming Meemies (1x09)

Seela a dit à 12:35 - - [0] pensées
Tags : ,

27 novembre 2018

Terraforming Mars - Jacob Fryxelius

Depuis toute petite, j'aime les jeux de société. A l'époque, on jouait aux classiques : Monopoly, Cluedo, Dessinez c'est gagné ou Pictionary, La Bonne Paye, Hôtels, Destins : le jeu de la vie...

Aujourd'hui, je continue à jouer régulièrement (plusieurs fois par semaine), mais les jeux se sont un peu diversifiés. Il faut dire que l'offre est vraiment abondante, et de qualité. 

Mon préféré ces jours-ci, auquel je joue presque exclusivement depuis 2 mois (à l'exception d'une partie par-ci par-là de Catane, les Aventuriers du Rail ou jeux testés chez mes amis), c'est Terraforming Mars, d'autant qu'on vient d'acheter la dernière extension en date, Colonies, qui rajoute davantage de possibilités et donc de plaisir de jeu. 

61ys4u7ejfL

Le pitch : Durant les années 2400, l'humanité commence à terraformer la planète Mars. De géantes corporations, sponsorisé par le Gouvernement Mondial sur Terre, initient de vastes projets pour augmenter la température, le niveau d'oxygène et les étendues océaniques jusqu'à rendre la planète habitable.

Dans Terraforming Mars, vous jouez l'une de ces corporations et travaillez conjointement au processus de terraformation, mais êtes en compétition pour les points de victoires qui ne sont pas que donnés pour vos efforts à la terraformation, mais aussi pour l'avancement des infrastructures humaines au sein du système solaire.

TM est un jeu qui a déjà une belle notoriété puisqu'il est sorti en 2017 et ses extensions partent aussi vite que des petits pains chauds.

Attention, pour les néophytes, c'est un jeu long. Nous jouons régulièrement à 3 avec deux extensions (Prélude et Colonies) et une partie dure entre 3 et 5h. Bon, okay, 5h, c'était parce qu'on découvrait Colonies, ça a peut-être eu une incidence sur la durée de jeu. 

Le but, donc, est de rendre Mars vivable pour les humains. Pour cela, il faut agir sur les 3 paramètres globaux : augmenter la température et le pourcentage d'oxygène dans l'air, et poser des océans. 

Pour jouer, il y a un plateau général et collectif sur lequel on retrouve les paramètres globaux, la carte de la planète, des objectifs, des récompenses ainsi que la piste de points qui sert aussi, à chaque nouvelle génération, à déterminer l'argent que chaque joueur récoltera. Chaque joueur a également son plateau individuel sur lequel sont indiqués ses niveaux de production de ressources diverses (argent, acier, titane, plantes, énergie et chaleur). 

TM plateaux

Le jeu se compose également de tuiles (océans, villes, forêts et tuiles spéciales), de cartes et de divers marqueurs. 

Une partie se joue en plusieurs générations, qui elles-mêmes se décomposent en plusieurs tours. A chaque tour, les joueurs peuvent accomplir jusqu'à 2 actions. Lorsqu'ils n'ont plus rien à faire, ils passent leur tour jusqu'à la génération suivante. Chaque génération se déroule de la façon suivante : une phase de production (selon les marqueurs placés sur les plateaux individuels, les joueurs récupèrent les ressources qu'ils produisent), une phase de choix de cartes (de 1 à carte cartes), puis les actions. 

Au choix, on peut :

  • jouer une carte et appliquer les effets de cette dernière
  • utiliser une action d'une carte déjà posée précédemment
  • faire un projet standard (dont le coût et les effets sont indiqués sur le plateau)
  • transformer ses plantes en forêt ou sa chaleur en température selon le cours en vigueur
  • ou, avec l'extension Colonies, coloniser une planète voisine ou commercer avec elle.

Ca a l'air très complexe comme ça, mais en fait, ça ne l'est pas tant que ça. La règle est très bien faite, tout ou presque est inscrit sur les cartes, et il faut 1 à 2 parties pour vraiment se faire à la mécanique de jeu. C'est sûr, ça aide si on est déjà rodé aux jeux de ce type. 

Pourquoi j'aime ?

A cause de l'univers, déjà. En règle générale, j'aime les jeux de gestion, et quand ils se passent dans l'espace, c'est bonus. 

Je n'aime pas les jeux où on doit mettre des bâtons dans les roues des autres joueurs. Ce jeu en propose la possibilité sur certaines cartes, mais on peut très bien jouer sans cet aspect (ce que nous faisons avec mon compagnon et mon frère, mes deux camarades de jeu réguliers. Quand nous incluons un autre joueur, on rajoute cette dimension là, mais clairement, ce n'est pas ce que je préfère).

On peut prendre le temps de développer une ou plusieurs stratégies. 3h de jeu, ça peut paraître long, mais au final, ça passe tout seul et quand les parties sont plus courtes, nous sommes souvent frustrés de ne pas avoir pu aller au bout de nos stratégies. 

 Chaque partie est différente et comme on ne compte les points qu'à la fin, on a parfois des surprises sur l'issue de la partie. 

Ce que j'aime moins

Nous avons 3 extensions (Prélude, Colonies et Hellas / Elysium) et le plateau d'Hellas est de loin celui que j'aime le moins. De temps en temps nous retentons l'expérience mais elle n'est jamais vraiment concluante. 

Les cartes sont un peu abîmées. Il faut dire que nous les sollicitons beaucoup.

Je regrette que le plateau individuel n'ait pas d'encoches : un geste malheureux et les marqueurs de production volent. Sans parler des chats qui sont en plein quart d'heure de folie et qui sautent comme des fous sur la table (aaaaaaaaaargh!!!) (oui, c'est du vécu). Il existe des plateaux et des inserts de rangement, notamment sur etsy 'faits par des artistes, franchement), mais tout cela a un coût et bon... il faut avoir les finances qui vont bien. Un jour, peut-être. 

Comme vous voyez, ce sont des détails. Pour moi, c'est un des meilleurs jeux qui existent en ce moment ! Si ça vous tente, vous pouvez venir le tester chez moi ;)

Si vous habitez Brest, n'hésitez pas à passer ici  ou ici  pour l'acheter ! 

15 novembre 2018

Présentation en cours

Merci de votre patience pendant que je trifouille dans l'html pour faire un blog correct :)

196290-image2_448x448

Seela a dit à 13:59 - - [0] pensées
Tags :